Pourquoi utiliser les Emojis ? Quels sont les plus utilisés par les francophones et sur chaque réseau social, Facebook, Twitter et Instagram ?

Un peu d’histoire pour commencer : le premier emoji a été créé en 1999 par Shigetaka Kurita, un employé d’une entreprise de télécommunication japonaise. Son but était de faciliter la communication des ados sur mobile, ceux-ci envoyaient de plus en plus souvent des images et des photos par mobile. Les emojis sont ainsi arrivés pour faciliter leurs échanges et les rendre plus rapides, plus cools et plus attractifs.

Les emojis sont aujourd’hui très utilisés par les internautes sur les réseaux sociaux mais aussi par SMS et par email. Ils se sont imposés dans nos conversations écrites depuis 2013. Bref, on les voit partout…

 

  • L’emoji “coeur”, chouchou des Français

Le cabinet Global Language Monitor, présente tous les ans le mot de l’année et c’est l’emoji  “ coeur ” qui a été reconnu comme le mot le plus utilisé de l’année 2014, toutes langues confondues, sur Internet, devant le fameux “hashtag”. L’emoji “coeur” et ses nombreuses variations apparaissent, selon GLM, plus d’un milliard de fois par jour dans le monde.

emojis-etude-over-graph-coeur
 

Swiftkey, a réalisé une étude internationale basée sur 1 milliard d’emojis, entre octobre 2014 et janvier 2015. Intéressons-nous aux francophones qui utilisent 86% d’emojis positifs, alors que la moyenne est de 70%. Mieux, on apprend que ceux qui s’expriment dans la langue française utilisent quatre fois plus d’emojis en forme de cœur que ceux des autres langues. Le coeur est devant les emojis «smiley» ou «happy face». En français, les cœurs sont donc préférés aux smileys pour exprimer des choses positives.

 

  • Les Emojis par réseau social

Over-Graph a décidé d’analyser l’utilisation des emojis et c’est Jeremy, notre Data Scientist, qui a étudié un échantillon de plus de 9 millions de conversations : 4,6 millions de tweets, 4,2 millions de posts et commentaires Facebook, 245 000 commentaires Instagram. Plus de 740 000 emojis ont été comptabilisés sur ces trois réseaux sociaux dont 65% sur Twitter.

emojis-etude-over-graph-1
 

  • Des chiffres sur l’utilisation des emojis

– 25% des posts ou commentaires Instagram ont au moins 1 emoji,
– 3,5% des Tweets ont au moins 1 emoji,
– 1% des messages Facebook (Posts et Commentaires) contient au moins 1 emoji.

Les Emojis ne sont donc pas aussi souvent utilisés sur ces trois réseaux sociaux, Instagram étant celui qui en contient le plus, proportionnellement au volume des conversations utilisateurs.

25-instagram-emoji
3,5-tweets-emoji
1-facebook-emoji
 

  • La star des emojis

Le même emoji arrive en tête du nombre d’utilisations sur les 3 réseaux sociaux : “les larmes de joie” représente effectivement 8% du nombre total des emojis utilisés sur Twitter, 32% pour Facebook et 23% pour Instagram.

 

Selon nos calculs, quand on utilise un emoji sur Instagram, celui-ci revient le plus souvent (23%) et quand on poste un message sur Instagram, on utilise cet emoji dans 1 message sur 10, posts ou commentaires.

L’application sociale a d’ailleurs récemment indiqué sur “son Engineering Blog” qu’il s’agissait de l’emoji le plus utilisé sur sa plateforme selon ses calculs.

 

  • Les spécificités de chaque réseau social

Des coeurs ou des smileys avec des coeurs sur Facebook, des signes de la main ou un appareil photo sur Instagram et de la musique sur Twitter. Ces Emojis sont très souvent utilisés sur les réseaux sociaux et on comprend assez facilement pourquoi si on pense aux usages qui leurs sont associés.

emojis-etude-over-graph-3
 

Notez que de nouveaux Emojis et de nouvelles fonctionnalités sur le réseaux sociaux basés sur les Emojis sont créés régulièrement. Par exemple, les hashtags #starwars (qui génèrent automatiquement des Emojis sur Twitter : #Stormtrooper #BB8 #C3P0. Ou encore la possibilité d’utiliser les Emojis en hashtags sur Instagram.

Utilisez-vous des Emojis sur les réseaux sociaux pour votre marque ? Lesquels préférez-vous et pourquoi ?

Article publié par Camille dans SocialMedia

le 5 mai 2015